Contributions

Les origines – Le fonctionnement

Mais quelle idée d’installer un écomusée à la Ferté Villeneuil ?

L’histoire commence en 1978. Après 37 années de ministère, l’Abbé Lefevre, âgé de 83 ans, quitte ses paroissiens de La Ferté Villeneuil et de Charray. Il ne sera pas remplacé.

Le vieux presbytère qui a connu tant de vicissitudes depuis le XVIè siècle est abandonné. Pour les habitants des deux communes, c’est un lieu de souvenirs, le lieu de rencontre où on venait organiser les moments les plus importants de la vie. La communion solennelle, le mariage, le baptême des enfants, les funérailles des proches. Ce presbytère, il appartient un peu à tout le monde et il faut lui garder ce statut de bien collectif .

Une opportunité se présente en 1984. Dans le cadre de l’Opération: Pays d’Accueil de la Haute Vallée du Loir, on propose à la Municipalité de la Ferté Villeneuil une subvention pour aménager le Presbytère en ECOMUSEE DE LA VALLEE DE L’AIGRE.

La restauration du bâtiment est achevé en 1989 . Il reste à concrétiser le projet .

La réflexion se fait en référence au cours de muséologie : textes et témoignages Edition Dunod de G.H.Rivière, inventeur du concept de l’Ecomusée.

L’étymologie d’abord: Eco c’est l’oikos’ grec : la maison l’habitat et par extension tous les aspects de la vie qui en découlent. Le rôle du Musée, c’est de montrer et de conserver.

Il faut y ajouter les critères fondamentaux :

Identification du territoire

Volonté politique

Participation des habitants

Contrôle scientifique

Identification du territoire

Le premier travail a consisté à déterminer le territoire de la Vallée. C’est l’étude du parcours de la rivière qui a permis de retrouver l’ancienne identité géographique, dont les limites ont été gommées par les différents découpages administratifs. C’est la réflexion sur les problèmes de pollution de l’époque actuelle qui a ouvert le champ d’investigation jusqu’au bassin versant.

Volonté politique

A l’origine, seule la commune de la Ferté Villeneuil était concernée. Il a donc fallu entreprendre une campagne d’explication et de sensibilisation pour intéresser les communes concernées à ce projet. Pour concrétiser cet engagement, lors de la fondation en 1989 de l’Association Loi 1901 qui anime et gère l’Ecomusée, les Maires des communes adhérentes sont devenus membres de droit .

Participation des habitants

Ce sont les habitants eux-mêmes qui, lors des expositions temporaires, confient souvenirs, nouvelles pratiques, photos documents et objets qui vont devenir des outils de compréhension du passé et des étapes de l’évolution actuelle.

Contrôle scientifique

Il est assuré de manière informelle par un réseau de spécialistes (archéologues, géologues, géographes botanistes etc….)

Par contre, constituer une collection d’objets est vite apparu impossible, la surface des locaux est celle d’un modeste presbytère de campagne; les techniques de conservation sont inaccessibles à des non professionnels. Continuer à faire vivre ces choses de tous les jours dans leur environnement paraît plus pédagogique à l’Ecomusée et plus significatif de son action, que de les enfermer dans des vitrines où elles deviennent des objets morts.

D’autre part, un important centre de documentation (photos, cartes, archives, cartes postales … est à la disposition des enseignants, des curieux, des amateurs d’archéologie et de tous ceux qui s’intéressent à leur environnement.

N’hésitez pas à prendre contact avec le secrétariat. Voir page Contact.

Partagez